A toi, jolie Montréal

C’est qu’on s’y attache pas mal à cette jolie Montréal

Parce que chez toi est devenu un peu mon chez moi je pars comme je suis arrivée. Ou presque.

Pleine de doutes mais aussi d’espoir, d’envie, de curiosité pour ce qui m’attendra demain.  Demain à la découverte de ton pays, dans cette traversée du Canada qui débute à cet instant. Demain en France, après avoir retrouvé amis et famille.

Un ami m’a dit que cette traversée était peut-être la meilleure transition qui soit. J’en suis maintenant convaincue. Rentrer pleine d’une curiosité que seul le voyage peut m’apporter. Vidée de cette énergie d’un mois à chaque jour découvrir une merveille. Du Canada à la France laisse moi parcourir encore quelques milliers de kilomètres, je n’en serais que plus heureuse de te retrouver, douce France.

Mais je reviendrais Montréal. Parce que tu as été mon réel pendant cette année et que je sais déjà combien elle aura été importante, combien elle m’aura appris, combien elle m’aura changée.

Parce que ces petits rien ont fait mon année, mes petits bonheurs qui rendent cette aventure unique. Le crissement des bottes dans la neige, le soleil venu se refléter dans la glace du Parc Lafontaine, quelques pas de patins à glace, la tempête de neige lorsqu’on est bien au chaud chez soi, tabernouche, les festivals d’été Place des Arts, la musique dans les rues, ces rues rendues au piétons le temps d’un spectacle, l’animation de la rue Saint Denis, les terrasses lorsque le soleil revient, le neige qui font et laisse redécouvrir les brins d’herbes, la chaleur humaine si présente ici, les discussions spontanées au détour d’un arrêt de bus, merci-bienvenue, ces petits cafés cachés, ces découvertes de tous les jours, ce rapport si simple d’une personne à une autre, ces amitiés d’un jour, celles que j’espère d’une vie…et encore tant de choses. Se rappeler, se remémorer n’est pas que nostalgie. C’est aussi avoir conscience de ce qui a rendu cette année si belle. Parce que ce sont ces petits bonheurs de tous les jours qui rendent un grand bonheur. Je pourrais vous conter ces petites choses qui m’ont fait râler, souffler, m’agacer mais là n’est pas mon propos. Je garde le meilleur. Et puis finalement ce qui m’a fait soupirer, est lié à ce qui a fait mon bonheur…

Et comme pour toute grande aventure, il y aura un avant et un après.

Nouveau départ.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s