Philadelphie, l’oubliée de la côte Est

Philadelphie, Philadelphia, Philly…Cette « petite » ville à quelques centaines de kilomètres de New York et de Washington est souvent l’oubliée de cette côte Est des USA. Petite à côté de l’effervescente New York ou de la politique Washington mais bien plus grande qu’elle n’en a l’air avec son 1,56 million d’habitants.

Elle est souvent cette ville de passage, entre deux villes qui paraissent bien plus intrigantes. Cette halte à laquelle on pense peu. A deux heure de route de New York, pourquoi s’y arrêter ?

Et bien parce qu’elle a elle aussi beaucoup de choses à nous raconter, d’histoire à nous apprendre, de lieux à nous faire découvrir. Après mes quelques jours à Boston c’était finalement la ville idéale pour terminer d’en apprendre un peu plus sur l’indépendance des Etats-Unis.

Mes premiers pas ici m’ont menés vers cette allée de quelques centaines de mètres. Une petite rue pavée et étroite ou quelques maisons de brique rouge se font face. Mais l’Elfreth’s Alley est différente des autres. Elfreth’s Alley est la plus ancienne rue résidentielle des Etats-Unis. Et alors ? C’est ici que se sont installés pêcheurs et artisans afin d’être au plus proche de la Delaware River dans les années 1720. Les premiers immigrés y ont ensuite élu domicile. Cette rue est donc habitée durant des siècles,  avant même que l’indépendance des Etats-Unis ne soit proclamée. Et depuis, cette petite allée a toujours été habitée, les générations s’y sont succédées et jamais elle n’a été abandonnée à quelconque prometteur immobilier désireux d’en faire un building.

P1200717

P1200721

P1200722

P1200723

P1200728

A travers les rues de Philadelphie on retrouve cette histoire évoquée à Boston. La Guerre d’Indépendance des Etats-Unis, la Déclaration d’Indépendance, la Constitution Américaine. Nombre de combats se sont déroulés à Boston mais Philadelphie est le foyer de cette révolution. Le lieu ou  l’indépendance à été signée un 4 juillet 1776 au coeur de l’Independance Hall. L’endroit également ou la constitution américaine fut signée 1 an et demi plus tard, les prémisses de l’abolition de l’esclavage y apparaisse mais la route avant l’abolition clair et définitive sera encore bien longue après cette date.

L’independance Hall est lié à la Liberty Bell, la cloche de la liberté dont la légende veut qu’elle ai retenti à la suite de la signature de la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis et ce soit fendue à cette date. Cette cloche porte encore aujourd’hui tout un symbole, une inscription fondatrice, « Proclaim Liberty throughout all the land unto all the inhabitants thereof  » (Proclame la liberté dans tout le pays et pour tous ses habitants).

Le tout récent musée de l’Indépendance des Etats-Unis à ouvert au centre de Philadelphie et nous parle de ce long chemin de révolution, d’une indépendance proclamée qui ne signe pas la fin des combats et d’une constitution qu’il est difficile d’établir. Je crois ne pas pouvoir faire un musée plus ancré dans l’histoire américaine que celui-ci. Mais à mon sens, c’est aussi ça la richesse des voyages. En apprendre sur l’histoire de ce monde, l’histoire du pays que l’on découvre. Les Etats-Unis ont cette réputation de ne pas avoir d’histoire, en comparaison de notre vieux continent qu’est l’Europe. Leur histoire est simplement différente mais liée à l’Europe par ses vagues d’immigration. Et comme toute histoire, elle est fondatrice de ce que sont devenu les USA, de sa mentalité, de ses croyance, de sa culture.

P1200810

P1200800

P1200802

P1200801

P1200793

P1200780

P1200783

Après cette pause historique je découvre une ville de contraste, une ville a mi chemin entre la grande New-York et la jolie Boston. Les briques rouges de Boston côtoient sans mal quelques buildings. Ceux qui se sentiraient étouffés par la hauteur de New-York retrouveraient un peu de respiration dans ces grandes avenues. Le Philadelphia City Hall (Hotel de Ville) s’entoure de gratte ciel sans en perdre de sa grandeur, de son charme ancien. Philadelphie est l’une des rares ville des Etats-Unis à s’être construite un peu differement de la rectitude habituelle. Bien sûr on y retrouve les blocs de rues typiquement américains mais l’idée de faire face deux lieux importants à été reprise ici. Très largement inspiré de l’avenue des Champs Elysée de Paris, Le Philadelphia City Hall rejoint par une avenue transversale le Musée d’Art de Philadelphie. Ce Musée d’Art justement se situe en haut d’une célèbre colline. Ou du moins ses marches sont devenues célèbres grâce à l’influence d’Hollywood. Et c’est bien Rocky qui a permis à Philadelphie de faire parler un peu plus d’elle. En bas de ces marches ont peut d’ailleurs découvrir une statue à l’effigie de ce personnage ! Et oui, c’est aussi ça Philly, les statues à l’effigie des héros de la Guerre de Sécession côtoie sans aucune gêne un Rocky vainqueur. C’est aussi ça les Etats-Unis ! (Malheureusement ils avaient choisi cette semaine pour célébrer un évènement de football américain à Philadelphie, et comme tout est toujours très grand aux USA, l’ensemble des marches de Rocky avaient été occupés pour l’évènement ! Je n’ai donc pas pu avoir mon petit moment de gloire du haut de cette colline..!)

P1200819

P1200918

P1200922

P1200934

P1200940

P1200943

P1200974

P1200950

P1200951

C’est ici la troisième ville des Etats-Unis que j’ai la chance de découvrir et loin de se répéter chaque ville me procure de nouvelles sensations. L’atmosphère de Philadelphie diffère, un entre deux qui exprime sa particularité, sa singularité. L’inspiration de sa voisine New-York ou de la plus lointaine Boston se font ressentir, mais ne serais-ce pas l’inverse après tout ?

Ce qui m’a fait le plus plaisir en arrivant à Philadelphie ?

Voir le printemps fleurir, des feuilles dans les arbres, des pétales de fleur au sol, des tulipes écloses,… Oui, c’est bien ça, simplement apprécier le printemps en cette fin du mois d’avril, l’apprécier enfin. Parce que après des mois et des mois de neige à Montréal, le printemps n’avait pas encore décidé de s’y inviter, pas de feuille, plus de neige mais de la pluie… Et je sais très bien que d’autres Montréalais m’auraient jalousé de profiter de quelques arbres en fleur à cette date !

P1200751

P1200732

P1200737

P1200739

Et parce que les rues de Philadelphie ont un brin de magie en elles, le prochain article vous réserve quelques jolies surprises artisitiques comme je les aime ! Vous n’avez pas encore tout découvert de cette surprenante Philly !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s